Designed by vectorjuice / Freepik

L’Audit UX pour une meilleure utilisabilité

L’audit UX est une méthode d’inspection de l’utilisabilité d’une interface utilisateur. Il consiste à évaluer l’ergonomie et la performance des fonctionnalités du système tout en se basant sur une grille d’évaluation, qui renferme une liste de critères d’ergonomie standards.

Notamment, les 10 critères de Nielsen sont les plus utilisés pour réaliser un audit ergonomique. Toutefois, le client peut proposer ses propres critères pour effectuer une analyse UX.

Dans tous les cas, il est intéressant d’employer une solution d’audit pertinente, à l’instar de Capian, pour pouvoir obtenir des recommandations concluantes, d’une manière efficace et surtout rapide.

Audit UX : c’est quoi ?

L’audit UX (audit ergonomique, ou audit de l’expérience utilisateur) représente une analyse UX détaillée de l’utilisabilité d’une interface utilisateur. Il consiste à réaliser une série d’évaluations de l’efficacité d’un système interactif, en se référant à des règles ergonomiques prédéfinies. Ces normes sont issues des recherches des spécialistes dans l’ergonomie d’interface, comme Nielsen, Bastien et Scapin ou Amélie Boucher, etc.

L’audit ergonomique permet de repérer les problèmes d'interface qui rendent l’expérience utilisateur fastidieuse et génèrent des émotions négatives chez l’internaute, comme la frustration et l’insatisfaction.

Par ailleurs, cette analyse permet de jauger la capacité d’un système interactif à mener l’utilisateur droit au but et à l’aider à optimiser son parcours UX.

De plus, cette évaluation aide l’entreprise à trouver le bon compromis entre l’optimisation de la performance de son dispositif digital ainsi que le temps et le budget consacrés à cet effet.

Les avantages de l’audit UX

L’audit ergonomique UX offre des avantages considérables, notamment, il permet de :

  • Améliorer le taux de conversion du site web.
  • Réaliser des économies en temps et en ressources. En effet, l’audit ergonomique est une méthode peu coûteuse et ne requiert pas l’engagement d’une équipe nombreuse pour l’exécuter. Il suffit de solliciter 1 ou 5 évaluateurs pour effectuer cette mission
  • D’un autre côté, cette méthode d’évaluation est facile à mettre en œuvre et ne demande que quelques jours.
  • Établir des recommandations fiables sur les défauts prélevés.

Les perspectives de l’audit UX

Le contenu

Le contenu se place au centre de la conception user-centric. C’est le porte-parole de la marque et le langage employé pour l’échange entre l’interface utilisateur et l’usager.

Dans le but de fournir des informations utiles à l’utilisateur de la façon la plus appropriée, il convient de suivre ces directives :

  • Eviter le jargon technique ambigu qui n’est pas compréhensible par toute l’audience.
  • Utiliser des phrases claires, courtes, épurées de fautes et qui offrent une information enrichissante.
  • Créer des paragraphes aérés et structurés selon des titres et des sous-titres : h1, h2, hn.
  • Optimiser le contenu des pages 404 et les exploiter pour rediriger l’internaute vers une landing page, telle qu’une page de vente ou un formulaire. De cette manière, on aspire à une amélioration du taux de conversion et une diminution du taux de rebond.

La navigation

La navigation dans un système interactif doit être simple et intuitive. Elle ne doit pas embarquer l’utilisateur dans un parcours long et compliqué.

Tous les éléments de la navigation : menus, liens hypertextes, boutons, images cliquables, doivent avoir une hiérarchisation fine et être en parfaite harmonie. C’est dans le but d’offrir une navigation fluide et un user flow facile à parcourir.

L’interface web doit respecter les principes du Responsive Design pour pouvoir s’adapter aux différentes résolutions des écrans. Les gestes que le mobinaute doit effectuer pour interagir avec le système (glissement, enfoncement, double clic, etc) doivent être intuitifs et souples.

Selon les statistiques de « We are social » de Hootsuite, le nombre de mobinautes a réalisé une augmentation de 92 % entre 2019 et 2020, soit un total de 4,18 milliards de mobinautes. C’est un facteur déterminant qu’il faut l’exploiter pour attirer plus de trafic sur son site.

Le design graphique

L’interface utilisateur est qualifiée comme étant ergonomique lorsqu’elle est facile à prendre en main, interactive, attractive et flexible. Le design graphique doit être Responsive, de sorte qu’il s’affiche correctement sur tous les écrans, surtout sur les terminaux mobiles.

L’aspect visuel de l’interface utilisateur doit susciter l’empathie chez l’usager. Pour ce faire, il est pertinent d’appliquer ces règles :

  • Éviter de surcharger l’interface web par beaucoup d’animations et de composants UI.
  • Miser sur l’impact émotionnel des images. Le fait d’illustrer le contenu par des images de qualité transmet le message plus facilement à l’internaute.
  • Le choix de la typographie, des couleurs et de la taille de la police doit être fait d’une manière délibérée, pour assurer une lecture fluide sur les écrans des desktops et des terminaux mobiles.

La performance technique

La vitesse de chargement du site est un critère décisif pour retenir ou pas l’utilisateur. D’après l’étude de KissMetrics, 40 % des visiteurs quittent le site web s’il émet plus de 3 secondes à se charger. Face à ce constat, il est conseillé d’appliquer ces pratiques :

  • Épurer l’interface de tous les éléments superflus.
  • Activer la mise en cache des ressources.
  • Réduire et optimiser le code dans les fichiers CSS et Javascript, afin de diminuer leurs tailles. Il existe des outils dédiés à cet effet comme Minify.

L’apport de l’outil Capian pour l’audit UX

L’audit ergonomique classique implique l’échange de plusieurs mails et captures, outre l’organisation de longues discussions pour discuter les ajustements à envisager pour résoudre les défauts d’utilisabilité rencontrés.

Dans le souci de moderniser ce style de travail et d’augmenter l’efficience de l’audit, Capian propose un outil inédit d’évaluation UX. Cette solution aide les évaluateurs à prendre facilement des captures pour les zones à analyser, sur leurs mobiles ou desktops.

A travers une extension Chrome, l’évaluateur peut effectuer une capture, l’annoter et l’inclure dans son rapport. L’outil offre aussi un espace Cloud pour centraliser tous ses rapports et ses projets et favoriser leur partage avec les autres membres de son équipe.

Ainsi, l’audit ergonomique se réalise d’une manière plus fiable et plus flexible et surtout plus cohérente. Il sera plus facile aux membres de l’équipe de partager leurs captures, d’en discuter ensemble et de proposer ainsi leurs recommandations plus efficacement.

Le partage de l’information en temps réel entre les collaborateurs permet de leur fournir une vision globale de l’avancement sur le projet en cours et de toutes les interventions de tous les acteurs.

L’outil Capian assure une coordination plus fluide entre les membres de l’équipe et optimise les échanges entre ces derniers. Ce qui conduit consécutivement à des observations minutieuses et des conclusions plus consistantes.

3 types de grilles ergonomiques d’évaluation UX

Les heuristiques de Nielsen

Les heuristiques de Jakob Nielsen appelées aussi « discount usability » ont été élaborées par ce spécialiste en ergonomie d’interface dans les années 1990. Cette méthode se classe parmi les méthodes les plus populaires dans l’inspection d’interface. Les 10 heuristiques de Nielsen consistent dans ces règles :

Visibilité du système Le système doit toujours maintenir l’utilisateur informé de l’état du système et où il est positionné dans son parcours à un instant donné.

Correspondance du système au monde réel Le système doit employer un vocabulaire familier à l’utilisateur, issu de son monde réel.

Liberté et contrôle de l’utilisateur Le système doit accorder à l’utilisateur une marge de liberté lors de son interaction avec le système. Par exemple, celui-ci doit pouvoir annuler ou refaire une action.

Standards et Consistance Le système doit maintenir un comportement uniforme tout au long du parcours UX. De plus, il doit respecter les normes d’ergonomie en vigueur.

Prévention contre les erreurs Le système doit être renforcé par des mécanismes efficaces de prévention des erreurs utilisateur. Le fait de désactiver ou de modifier certaines fonctionnalités selon les préférences de l’usager lui offre un meilleur confort dans ses interactions et lui permet d’atteindre son objectif plus aisément.

Reconnaître plutôt que se souvenir Les fonctionnalités du système doivent être explicites et la navigation doit être facile et intuitive. L’utilisateur n’est pas obligé de se rappeler du chemin qu’il a parcouru pour atteindre un point donné.

Flexibilité et facilité d’utilisation Le système doit offrir des outils pour accélérer les interactions, à l’instar des raccourcis qui permettent de condenser les actions répétitives.

Design minimaliste Dans le but d’assurer une interaction efficiente, le design de l’interface utilisateur doit être minimaliste et purgé des informations farfelues. L'intérêt est d’offrir à l’utilisateur, uniquement; l’information qui l'intéresse.

Fonctions d’aide Les messages d’erreurs doivent être instructifs, lisibles et parfaitement compréhensibles.

Aide et documentation Le système doit offrir un référentiel complet pour fournir l’assistance nécessaire à l’utilisateur et l’aider à résoudre les situations de blocage.

Les critères de Bastien & Scapin

Les heuristiques de Bastien & Scapin sont les plus connues à l’échelle francophone. Ces 2 chercheurs en psychologie ergonomique ont publié ces critères en 1993, dans l’article « Critères Ergonomiques pour l’Évaluation d’Interfaces Utilisateurs ». Leur grille d’analyse contient les thématiques suivantes :

Guidage Ce critère rassemble tous les moyens pour orienter, guider et assister l’utilisateur lors de son parcours. Cela lui assure une meilleure flexibilité dans l’apprentissage et dans l’interaction avec le système.

La charge de travail Le système doit diminuer la charge mnésique ou perceptive de l’utilisateur, à travers des interfaces claires et intuitives. Cela garantit de : réduire les risques d’erreurs, optimiser les interactions avec le système et assurer une expérience utilisateur agréable.

Contrôle de l’utilisateur sur ses actions Le système doit fournir un feedback clair à l’utilisateur sur les actions effectuées. De plus, il doit lui donner la sensation qu’il garde toujours le contrôle sur ses tâches.

Adaptabilité L’utilisateur doit pouvoir personnaliser son espace de travail. Notamment, il peut l’adapter à ses goûts : changer de couleurs ou de background, etc.

Gestion des erreurs A l’exemple des critères de Nielsen, cette règle stipule que le système doit définir les outils nécessaires pour prévenir les erreurs que l’utilisateur peut commettre et les corriger d’une manière fluide, sans déranger la bonne séquence de son parcours.

Homogénéité et cohérence Les interfaces du système doivent être homogènes et cohérentes, de façon à ce qu’elles adoptent le même comportement pendant tout le parcours utilisateur.

Codes et dénominations Les interactions avec le système doivent se faire à travers un langage familier à l’utilisateur, dans le but de faciliter la compréhension des instructions et des actions à accomplir.

Compatibilité Cette règle évoque la compatibilité des fonctionnalités du système aux caractéristiques de l’utilisateur : attentes, âge, sexe, habitudes, mémoire, etc.

Voir cette interview avec Christian Bastien, le co-auteur de la grille d'évaluation.

Les critères d’Amélie Boucher

Ces règles ont été établies par l’experte en ergonomie web Amélie Boucher. Elle les a développées dans son livre intitulé « Ergonomie Web », publié en 2007 (version 4 sortie en 2021)

La grille d’évaluation d’Amélie Boucher comporte les 12 thématiques suivantes :

Architecture de l’information La connaissance de l’utilisateur est un facteur très important pour pouvoir hiérarchiser l’information selon des thématiques et des catégories qui s’alignent au modèle mental l’utilisateur.

Organisation visuelle Ce critère ressemble au critère précédent, sauf que celui-ci s’applique sur la page. Cette règle s’intéresse à l’organisation des pages afin de définir le user flow correspondant.

Cohérence Le respect de la charte graphique du site est très important afin d’éviter de dérouter l’internaute. En effet, il est indispensable de garder le même comportement tout au long du parcours. Cela facilite l’apprentissage des actions à réaliser pour naviguer sur le site.

Conventions Dans l’objectif de répondre aux besoins des utilisateurs et de leur offrir une expérience parfaitement personnalisée, il est indispensable de définir les fonctionnalités du site sur la base des conventions qui leur sont familières.

Information L’information est la ressource précieuse qui informe l’internaute sur les différentes fonctionnalités du site, les actions à réaliser pour résoudre un problème et l’étape ou la page qui suit une interaction.

Compréhension Les mots, les icônes et tous les autres composants de l’interface doivent être porteurs de sens et parfaitement significatifs.

Assistance Le système doit assister l’internaute tout au long de sa navigation, par exemple, à travers des micro-contenus informatifs et animés. Ces éléments fournissent à l’internaute des voies de sortie en cas de blocage.

Gestion des erreurs Le site doit inclure un système de gestion d’erreurs puissant qui aide l’utilisateur à surmonter les erreurs d’une manière rapide, à l’instar du contrôle des champs de formulaire (mail, tel, champ obligatoire, etc).

Rapidité L’internaute veut toujours obtenir l’information d’une manière rapide. A cet effet, les interfaces du site doivent assurer une navigation facile et intuitive.

Liberté L’internaute doit avoir l’impression qu’il dispose tout le contrôle sur le système et non pas l’inverse.

Accessibilité Le site doit être accessible par toutes les catégories du public cible. Donc, il doit prendre en considération les caractéristiques des internautes, afin de personnaliser ses fonctionnalités selon les besoins de chaque segment.

Satisfaction de l’utilisateur Les interfaces du site doivent assurer une expérience utilisateur efficace et conviviale pour pouvoir acquérir sa satisfaction.

Conclusion

L’audit UX est une méthode permettant d’évaluer l’utilisabilité de l’interface utilisateur. C’est une technique souple qui s’appuie sur des normes d’ergonomie prédéfinies.

Les critères ergonomiques de Nielsen, Bastien & Scapin et Amélie Boucher sont parmi les critères les plus populaires pour effectuer un audit ergonomique. Toutefois, l’UX Designer peut utiliser des critères personnalisés qui s’adaptent à ses besoins et objectifs.

Dans le but de réaliser une inspection performante, il est intéressant d’utiliser l’outil Capian. Cette solution apporte plus de confort à l’évaluateur (novice ou professionnel) dans son travail et l’aide à collaborer plus efficacement avec ses collègues, en temps réel, sur un espace de travail centralisé.

N’hésitez pas à nous contacter pour tout autre renseignement.

❤️ UX, pour un avenir meilleur tourné vers les humains

Laure Gabrielle

Bibliographie

Ergonomie web, 4e édition: Pour des sites web efficaces

“Tout service numérique doit réussir le pari difficile de satisfaire ses utilisateurs. Mais comment bien comprendre ces derniers et se mettre à leur place ? Comment concevoir un site si agréable et efficace qu’il donne envie d’y revenir ? Grâce aux conseils pratiques et méthodologiques d’Amélie Boucher dans ce livre devenu désormais la référence francophone, appliquez l’ergonomie web sur le terrain !

  • Règles et fondements théoriques de l’ergonomie (théories de la Gestalt, affordances, loi de Fitts…)
  • Méthodes de recherche utilisateur (observations, interviews, tris de cartes, tests utilisateur, personas, cartes d’expérience…)
  • Conseils pratiques pour l’architecture de l’information, les parcours utilisateur et la conception détaillée

L’UX DESIGN PAR L’EXEMPLE

  • Inspirez-vous de sites réels pour améliorer votre ergonomie
  • Plus de 350 illustrations pour décortiquer les bonnes et mauvaises pratiques
  • Des interviews de professionnels”

The Design of Everyday Things - Revised and expanded edition

“Even the smartest among us can feel inept as we try to figure out the shower control in a hotel or attempt to navigate an unfamiliar television set or stove. When The Design of Everyday Things was published in 1988, cognitive scientist Don Norman provocatively proposed that the fault lies not in ourselves, but in design that ignores the needs and psychology of people. Fully revised to keep the timeless principles of psychology up to date with ever-changing new technologies, The Design of Everyday Things is a powerful appeal for good design, and a reminder of how-and why-some products satisfy while others only disappoint.”

Commentaires

Prêt à simplifier votre processus d’évaluation d’interface?

Essayez Capian gratuitement